On ne sait toujours pas ce que ça vaut nageol….

On ne sait toujours pas ce que ça vaut nageol….

Comme l’an passé, les visiteurs de Vaunageol l’avaient joué fine dans les médias pour ce dernier effort d’avant foie gras…Soit disant, ils n’avaient pas d’équipe complète, soit disant ils prenaient « match après match » sans calcul ni tactique…En fait, ils revenaient de trois semaines de préparation dans des terres sauvages au-delà du Vidourle avec un effectif jeune, costaud, complet et remonté comme une plastie mammaire à la silicone.

Après une minute de silence rappelant, une fois de plus à tous, que la vie est un bien fragile, l’arbitre, le fameux JJ-geek libérait les énergies et, en ce qui concerne les Ducs, des heures de travail du jeudi soir…Début de match assez vif mais plutôt équilibré, sans véritable étincelle, ni du coté des visiteurs assez soudés et toniques, ni du coté des Ducs compacts et à peu près en ordre devant. Ici ou là, on s’essayait à trouver deux trois intervalles, mais sans réussite. Les deux lignes arrières ayant tendance à revenir régulièrement sur le périphérique pourtant légèrement embouteillé. Les Ducs avaient quelques absents de marque mais pouvaient compter sur Zaza l’équarisseur et sur Olivier le Fritzpatrick aveyronnais, tous deux revenu d’une cure de déxintox et soin de la prostate. Cela ne suffisait pas à démonter le système défensif d’en face et notre charnière alternait tentatives brillantes et choix douteux. Il fallait une inspiration pour faire mieux, ce fût celle du ténor de Mauléon Titou qui sortait un bijou de passe longue sur Greg « petit vélo », lequel confirmait que la bonne longueur des jambes c’est quand l’adversaire ne les attrape pas et que le ballon passe la ligne.

Hélas, « une alouette ne fait pas le printemps », ou, comme on dit au Ducs, « une bière ne fait pas la soirée », cet éclair ne suffisait pas, les adversaires re collaient au ballon comme le sparadrap du capitaine Haddock (dans l’affaire tournesol) et bientôt, au score :  un essai sur une percée plein champ puis un deuxième ballon, vite ressorti, malgré un sauvetage in extremis de Greg.

Tout était à refaire et les solutions n’étaient pas beaucoup plus nombreuses que les cheveux sur le crâne de Jean Marc. Quoi de vraiment goûteux ? Quelques bons ballons enfin pris en touche par nos sauteurs, la rentrée de Tony El Cigalo « nouveau design », plus mince plus rapide, du Jean Luc Roumaigue façon trois quart cherchant des espaces à sa soif de création, un marseillais qui confirme sa bonne forme, une défense au centre façon vigipirate, sans avoir besoin d’aller jusqu’à l’état d’urgence…c’est beaucoup et c’est peu. On pourrait être à la fois plus simple et plus audacieux quitte à sentir le vent du large. Le score allait tout de même être assuré par Olivier, qui n’avait pas marqué depuis un certain Ducs Frontignan en 1992, et sur un essai volontaire en plus, alors que la majorité des gestes qu’il effectue sur un terrain est, justement, involontaire.

La dernière partie du match voyait les Ducs, finalement solides physiquement, dominer les évènements et marquer la période de leur emprise. Mais il y avait toujours quelqu’un pour mettre les doigts dans l’emprise et les vagues successives se brisaient sur la résistance des visiteurs…Sûr qu’on aurait pu faire moins bien, pas sûr qu’on ne puisse pas faire mieux. Pour la bière, le repas et la convivialité, tout est au top et c’était ce qui attendait protagonistes et spectateurs.

Les réactions :

Tass : « En janvier je pars avec ma femme à Avoriaz en VIP, en février c’est le tournoi je pars avec mon fils en VIP, entre temps on va bosser »

Coach Lolo : « quand je dis qu’il faut fermer les bordures exté sur les retours inter de leur flanker gauche en sortie rapide sur les groupés pénétrants, ç’est simple non ? ça veut dire faites vous plaisir ! On va travailler ça jeudi »

NB : On attend une interview du staff pour janvier (après que Tass ait pu profiter des ses trois places en VIP pour le gala mondial du board, avec jacusi dans l’avion, et suite royale à l’hotel).

Le prez : « Assurez vos passes les mecs, assurez aussi les lancers, assurez les placages, et surtout que je n’entende pas un mot ! »

Jean Luc : « Quel deuxième centre j’aurais fait ! »

Les étoiles :

Greg : le petit vélo confirme, il consomme peu, il accélère vite, à chaque COP il met du gaz et essaie de faire. (bon ok j’arrête)

Olivier : on ne sait pas s’il a vraiment eu conscience des faits mais il a marqué l’essai de la victoire !

Les sauteurs : la dernière balle prise en touche datait de Benoit Dauga en 1972, mais la touche vit son renouveau, ressortez l’épuisette à l’entrainement, on en veut encore !

Presse Ducs xav

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

  genealogie-a-la-fete-des-associations-de-mauguio-34-illu-l.jpg      genealogie-a-la-fete-des-associations-de-mauguio-34-illu-l.jpg      genealogie-a-la-fete-des-associations-de-mauguio-34-illu-l.jpg       ecusson-180.png
bandeau  des sponsors en construction

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×